Flash News

Inspecteur Kurokôchi

kurokochi

Cette fois je vous retrouve pour un manga en cours de parution, Inspecteur Kurokôchi. Le résultat d’un savant mélange d’enquête, de corruption et de secret d’état.


Les informations sur Inspecteur Kurokôchi

Le manga est écrit par Takashi Nagasaki et dessiné par Kôji Kôno. La série est en cours, elle compte actuellement 10 tomes au Japon, les 4 premiers tomes sont édités en France par Komikku Editions depuis Mars 2015.

C’est un seinen policier sur fond de corruption.

En faisant cet article j’ai appris une chose plutôt intéressante, c’est que le manga s’inspire de réels faits judiciaires ayant eu lieu au Japon et qui ne sont toujours pas élucidés ou empreints de mystère. C’est le cas par exemple pour le casse des 300 millions de yens ayant eu lieu le 10 Décembre 1968.

Takashi Nagasaki a aussi fait Monster et Billy Bat en compagnie de Naoki Urasawa.

Le synopsis

Kurokôchi Takashi Nagasaki

Takashi Nagasaki

Keita Kurokôchi est un membre de la 2e brigade d’investigation chargée des affaires d’escroquerie, de corruption, de fraudes électorales ou financières qui impliquent naturellement des personnes très haut placées (politiciens, hommes d’affaires, ou hauts fonctionnaires). Utilisant les informations de ses enquêtes pour faire chanter ces personnes importantes, Kurokôchi accumule tout au long de sa carrière une grande fortune. Considéré comme le « pire officier de la police » du fait de sa corruption flagrante, il est cependant intouchable de toutes attaques judiciaires car il possède des secrets pouvant faire tomber de nombreuses figures politiques ou financières y compris parmi les supérieurs de la police.

On lui assigne comme équipier le jeune Shingo Seike, idéaliste incorruptible détestant ce que représente Kurokôchi mais qui prend peu à peu conscience à ses côtés du gouffre qui sépare les idéaux de la réalité.

 Mon avis

Je vais pas y aller par quatre chemins, j’aime ce manga. Inspecteur Kurokôchi nous plonge dans un univers de corruption, de faux-semblants, de mensonges où chaque personnage a un passé plus ou moins lourd à porter avec son lot de cadavres dans le placard. Il est d’autant plus plaisant à lire que le rythme est soutenu, pas de temps mort sans raison, les révélations plus ou moins importantes s’enchaînent.

Au fur et à mesure on voit de nombreux personnages soi-disant incorruptibles être totalement pourris tandis que pour une poignée d’autres c’est l’inverse (mais qu’est-ce qu’ils sont rares). Pour le moment Seike et Kurokôchi sont comme les deux facettes d’une même pièce. Le premier représentant la loi, la volonté de bien faire les choses, l’envie d’éliminer la corruption tandis que le second est un manipulateur se servant de la moindre information pour obtenir quelques chose. Seike finit par dire de Kurokôchi : “C’est soit un génie soit un démon, il tisse sa toile et mène la danse du début à la fin !”. Ce qui résume parfaitement le personnage.

Reste à savoir si Seike parviendra à rester incorruptible maintenant qu’il connaît la réalité du terrain.Kurokôchi scan

 

Maintenant que j’ai vanté les qualités de l’histoire, passons aux dessins. Si les arrière-plans ne sont pas détaillés, en revanche les visages sont très expressifs, on ressent leurs sentiments, et les changements de traits lorsque l’on passe d’un moment calme, serein à un moment plus dramatique sont fortement appréciables.

Cependant une chose me gène tout de même, c’est que, par moment, je trouve difficile de faire la différence entre deux personnages tant leurs visages me paraissent presque identiques (il ne s’agit toutefois que de personnages secondaires).

Conclusion

Au final je vous conseille grandement ce manga, à partir du moment où vous ne cherchez pas de la baston et du boobs à tout prix.

Si je ne vous ai pas encore convaincus, je vous invite à aller voir une vidéo du Chef Otaku qui en parle.

About Thibernaud (69 Articles)
C'est qui ce type, j'le connais pas.

Laisser un commentaire