Flash News

Super Mario Sunshine – Les vacances du plombier !

Salutations, amis amateurs de moustaches et de salopettes ! Aujourd’hui, je m’attaque une nouvelle fois à une licence qui a marqué le jeu vidéo. Vous l’aurez deviné, nous allons parler de Mario, le seul et l’unique, dans ses aventures … à la plage !


 Mario, le commencement.

Comme à mon habitude, je commencerai cet article par un petit cours d’histoire alors que certains n’y verront qu’un simple petit récapitulatif. 

Jumpman dans le jeu Donkey Kong

Mario, sous le nom de Jumpman à l’époque, devant secourir Pauline de Donkey Kong !

Remontons en 1981, lorsque Mario était simplement connu sous le pseudonyme de Jumpman – oui, c’est un homme qui saute, on n’a pas vraiment cherché plus loin. Le premier nom de Mario devait alors être Mr.Video, mais l’idée fut vite abandonnée et fort heureusement d’ailleurs. Quant à son métier, le plombier moustachu a d’abord commencé en tant que charpentier avant de se dire que les tuyaux étaient plus son dada ! Comme vous le savez déjà, ses premières aventures ont commencé avec le jeu Donkey Kong sorti sur borne d’arcade, où l’on devait faire sauter le personnage pour délivrer Pauline – la jolie blonde a elle aussi changé de pseudonyme entre temps – des griffes du gorille dont la vie se résumait à vous balancer des tonneaux dans la figure.

Ce n’est qu’en 1982 que Jumpman est rebaptisé en Mario, dans le jeu Donkey Kong Jr, sorti en arcade la même année. Cette fois-ci, le plombier endosse le rôle du méchant et le joueur contrôle le fils du singe le plus célèbre de Nintendo, devant délivrer son père de l’italien moustachu.

Mario dans Donkey Kong Junior

Mario endosse son premier costume de méchant alors que le fils de Donkey Kong se démène pour délivrer son père.

Ce n’est qu’en 1983 que Mario pourra enfin apparaître dans son propre jeu au côté de son frère Luigi dans Mario Bros, toujours sur Arcade.


Quelques petites anecdotes sur Mario

Bon, ce n’est pas que pour meubler l’article, mais je pensais que quelques petites informations sur Mario – que vous connaissez sans doute déjà – ne seraient pas de trop. Voici une petite liste d’anecdotes sur le plombier moustachu !

  • Ce n’est que dans l’opus de Super Mario 64 que l’on entendra son principal doubleur, Charles Martinet, avec son fameux “It’s a me, Mario !
  • Le design de Mario est uniquement lié aux contraintes techniques et graphiques. Une casquette pour éviter de faire des cheveux, une moustache pour éviter de modéliser une bouche, la salopette qui permet de mieux distinguer les bras du corps et un petit bidou grassouillet pour casser cette image du héros de jeu vidéo à la musculature bien ferme.
  • Mario dans Ocarina of Time, c’est possible ? Apparemment oui et ça se passe ici !
  • Le prénom de Luigi vient de “similaire” en japonais, qui se prononcerait “ruiji” !
  • Dans Super Mario 64, le rire des petits fantômes Boo n’est rien d’autre que le rire de Bowser en accéléré.
  • Le Chomp enchaîné a été créé à cause – ou grâce – à un chien qui terrorisait Shigeru Miyamoto, enfant.
  • D’après quelques études, jouer à Super Mario Sunshine vous rendrait plus généreux ! (Ou pas, mais il faut bien trouver un prétexte aux parents pour jouer aux jeux vidéo sans passer pour un psychopathe violent !)
  • Certains disent que le nom de famille de Mario est … Mario. Cela a été démenti par son papa qui a précisé que le nom de famille de Mario n’existait que dans l’adaptation -cultissime- cinématographique de 1993.
  • Et pour finir, avant la sortie de la Super Nintendo, les couleurs des vêtements de Mario étaient inversées ! Regardez plutôt par vous-même …

 

Jaquette du jeu Super Mario bros 2

Mario avec une salopette rouge et un pull bleu !


Super Mario Sunshine, la suite de Mario 64 ?

Mario et Jet dans Super Mario Sunshine

Mario en vacances ? Pas sûre … Heureusement que J.E.T est là pour l’aider !

Contrairement à Rayman, je vais cette fois-ci faire les choses dans l’ordre et vous parlez du jeu Super Mario Sunshine dans sa globalité, pour commencer. Sorti le 4 octobre 2002 sur la Nintendo Gamecube, il s’agit, comme tout bon jeu Mario qui se respecte, d’un jeu de plateformes en 3D dont le gameplay est très similaire à celui de Super Mario 64. On contrôle donc Mario équipé d’un gadget sophistiqué appelé J.E.T qui pourra lui permettre : soit de nettoyer la crasse qui l’entoure, soit d’effectuer quelques mouvements en plus de son panel assez élargi. Personnellement, je trouve que la mobilité et l’agilité de Mario ont été parfaitement réalisées pour ce jeu. J’ai été agréablement surprise de contrôler un Mario qui peut sauter dans tous les sens entre les murs des maisons. Pour moi, ce jeu a créé le Mario pro du parkour ! Même si les mouvements du plombier sont presque les mêmes que sur celui de la 64, les décors plus fournis permettent à Mario de pouvoir effectuer beaucoup plus de choses et avec beaucoup plus d’agilité !

 

Super Mario Sunshine a été prévu à la base pour être une suite à Super Mario 64. On y retrouve l’univers de Mario en 3D ainsi que des mouvements similaires – saut périlleux arrière, triple saut, charge au sol – et des quêtes quasiment identiques – des étoiles sur 64 et des soleils sur Gamecube. Le gameplay, quant à lui, paraîtra peut être compliqué car dense au début, mais finira très rapidement par devenir plus qu’intuitif, comme sur 64. Et pour rester sur les points communs entre les 2 jeux, l’univers se découpe en plusieurs tableaux, pour 64, et “destinations” pour Super Mario Sunshine. Dans chaque monde, il y a 8 épisodes dont les fameuses pièces rouges à collecter plus un Soleil pour les 100 pièces jaunes récupérées. Tout comme Super Mario 64, celui sur Gamecube vous proposera de collecter des Soleils au sein même du “monde principal” où vous pouvez choisir les niveaux dans lesquels vous voulez aller. En tout ? 120 soleils. Cela ne vous rappelle-t-il quelque chose ? Les 120 étoiles à récupérer dans Super Mario 64

Super Mario Sunshine vue

La vue de Super Mario Sunshine n’est pas sans rappeler celle dans Super Mario 64


Super Mario Sunshine, des vacances pas très tranquilles

Anti Mario dans Super Mario Sunshine

Anti-Mario, l’ennemi dans Super Mario Sunshine. Mais qui est-il exactement ?

Parlons maintenant du jeu en lui-même en commençant par l’histoire pure et simple. Mario, accompagné de Peach, de quelques Toads et de Papy Champi, a décidé de prendre du bon temps dans la station balnéaire de l’île Delfino. Mais pas le temps d’atterrir qu’il est témoin d’un spectacle pour le moins … salissant. Des graffitis décorent entièrement l’aéroport, engloutissant parfois quelques habitants au passage. Une fois équipé de J.E.T – une des inventions du professeur K.Tastroph, apparu dans Luigi’s MansionMario peut enfin enlever toute cette crasse pour finir arrêté par la police. Apparemment, une silhouette ressemblant très fortement au plombier italien s’amuserait à taguer l’île Delfino et toutes ses destinations grâce à un pinceau magique. Pensant que Mario est le coupable, ce dernier est condamné à nettoyer la ville ainsi que les autres endroits pour le reste de ses vacances. Bref, Mario est condamné aux travaux publics … 

Si le scénario du jeu paraît offrir une autre histoire que “Bowser enlève Peach donc Mario va sauver Peach et reçoit un bisou sur la joue ou le nez à la fin” n’oubliez pas que nous sommes dans un Mario et que, si la Princesse du Royaume Champignon se trouve aux alentours, elle n’y restera pas longtemps.

Parlons un peu du jeu dans son ensemble et commençons par la luminosité de Super Mario Sunshine. Ce qui frappe d’abord le joueur dans un premier temps, c’est le manque de lumière lorsque l’on arrive à la Place Delfino. Dans le titre du jeu Super Mario Sunshine, on attend du soleil, de la lumière, des plages paradisiaques ! Mais tout à une explication ici. Plus vous collectez de soleils, plus ce dernier revient briller dans la ville, et je trouve personnellement que c’est une excellente idée de la part des développeurs du jeu.

Place Delfino Super Mario Sunshine

Une place pas vraiment ensoleillée …

Super Mario Sunshine poster

Collectez les soleils dans Super Mario Sunshine !

Comme dit un peu plus haut, l’univers Delfino se divise en plusieurs destinations différentes, que l’on atteindra au moyen de tuyaux, de canons ou tout simplement grâce à un “portail” en forme de M. Dans chaque niveau, vous devrez récupérer des soleils. Quelques épisodes se répètent dans les différentes destinations comme collecter les pièces rouges, gagner une course, poursuivre Anti-Mario – le dernier niveau se débloquera une fois que vous l’aurez battu dans TOUS les autres – ou encore un épisodeMario devra se débrouiller sans J.E.T et sauter de plateformes en plateformes pour avoir un soleil.

Les différents univers restent très vivants. Nous ne sommes pas les seuls habitants au monde, comme pour les autres Mario. Par exemple sur la Place Delfino, vous avez un marché, un petit port, des plages ainsi qu’une grande maison où vous pouvez échanger des pièces bleues contre des soleils. Les graphismes sont assez beaux pour de la Gamecube, l’animation est très fluide et les musiques vous plongent tout de suite dans un décor d’île paradisiaque – à certains endroits, on se croirait vraiment à Tahiti rien qu’en entendant la musique du niveau … 

 

Yoshi dans Super Mario Sunshine

Yoshi est de retour pour aider son fidèle ami, Mario !

Les mouvements de Mario n’évoluent pas au fil du temps, mais J.E.T possède 3 transformations plus que nécessaires pour atteindre certains niveaux. Appelée BUSE, la forme de base vous permet simplement d’envoyer de l’eau devant vous et sera donc utilisée pour nettoyer. La première transformation, l’Aérobuse, permet à Mario de planer sur quelques secondes et sera donc utile lorsqu’une plateforme sera hors d’atteinte d’un simple saut. La Catabuse, après un cours temps de chargement, fait se propulser Mario en l’air dans un saut gigantesque, permettant aussi de détruire certains blocs. La dernière, la Turbobuse, donne à Mario la possibilité de courir ou nager très rapidement. Notons aussi l’apparition d’un oeuf de Yoshi que vous ne pourrez faire éclore qu’avec le fruit qu’il vous demande. Le petit dinosaure sera indispensable pour atteindre des soleils. 

Super Mario Sunshine a fait l’objet de nombreux speedruns. En voici un de moins d’une heure dix qui saura vous occuper … en moins d’une heure dix !

 


 

Un parc d’attraction, un hôtel, un village paradisiaque, des cascades cristallines, Super Mario Sunshine sait vous emmener en vacances sans que vous n’ayez à bouger de votre chambre ou salon. Le gameplay intuitif et fluide ne vous fera pas lâcher votre manette avant d’avoir récupérer les 120 soleils. Petit hic, la difficulté, un petit peu trop poussée pour les petits nouveaux de l’univers de Mario. Pour les amateurs des aventures du plombier rouge et bleu, cette aventure saura vous ravir sous tous les points. Un jeu à faire et à re faire sans modération !

Kaena
About Kaena (21 Articles)
ZVARRI !! ♀ Modératrice confirmée | Rédactrice en devenir - Level : 23 -League of Legends : ADC - Support - Toplaneuse || [ Kaena Squad ] Video Games Hardcore Loveuse [ Mario - Pokemon - FF - Tales of Symphona - Sonic ] ♥ Boxers ○ LOTR ○ Disney ○ Metal ○ Coffee ○ Mangas

2 Comments on Super Mario Sunshine – Les vacances du plombier !

  1. A noter que pas mal d’élements de gameplay ont été réutilisées dans splatoon 😉 !

Laisser un commentaire